Solidaire du gouvernement contre toute attente, la CPDS (opposition légale) reconnaît certains efforts…

Par | on 5 mars 2014 | 0 Comment

Nous reproduisons ci-dessous (traduit en français) le texte qu’ont signé les représentants de tous les partis politiques (légalisés) de Guinée équatoriale, convoqués par le Chef de l’État, lors d’une réunion présidée par le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Clemente Engonga Nguema Onguene, qui s’est tenue le 14 février dernier à Bata.

Réunion partis 14022014++Photo : Le document a été distribué aux représentants des 13 partis légalisés

On notera que le président, Teodoro Obiang Nguema, est parvenu à obtenir la signature de toutes les formations, et notamment celle de Convergence pour la Démocratie sociale (CPDS), principal parti d’opposition légalisé, qui n’a fait que quelques réserves concernant les points 3 et 11.

Photo : Tous les représentants, présents à cette réunion, ont signé ce document.
Réunion partis 14022014 2

Ce qui signifie, a priori, que la CPDS approuve l’affirmation selon laquelle le régime actuel a accompli “des efforts de dialogue, de consensus et de tolérance entre toutes les formations politiques », instaurant dans le pays “un climat de dialogue permanent » (point 6) et s’est efforcé de “garantir une répartition plus équitable du revenu national grâce à un programme de développement économique et socioculturel…» (point 7)

Signature CPDS

Un constat surprenant qui s’accorde mal avec les fréquentes critiques de la CPDS sur la gestion du pays et sur la gouvernance du président Obiang…

***

“Après la signature d’un manifeste politique par la Coalition de l’Opposition pour la Restauration d’un État démocratique (CORED), dans une réunion qui s’est tenue à Paris (France), les partis politiques légalement constitués en Guinée équatoriale ont manifester, d’une manière libre et démocratique, leur total désaccord avec le susdit document.

L’ensemble des partis politiques légalement constitués en Guinée équatoriale dénonce publiquement que ce manifeste a été signé par des personnes de moralité douteuse tant sur le plan politique que social, manquant d’ancrage, de légitimité et de légalité pour pouvoir parler au nom du peuple de Guinée équatoriale.

Indignés par l’irresponsabilité politique de la dénommée CORED qui a signé ce manifeste, les Partis politiques légalement reconnus de Guinée équatoriale et les autres forces vives de la nation, nous affirmons que :

      1. Nous rejetons catégoriquement le contenu de ce Manifeste signé par la CORED et nous considérons que ses représentants manquent de légitimité et de légalité pour parler au nom et en représentation du peuple de Guinée équatoriale et ne peuvent pas, encore moins, se considérer comme l’unique force d’opposition équato-guinéenne.
      2. En conséquence, il est évident et nous pouvons donc l’affirmer, que la CORED est une invention politique, dont le seul objectif est de parvenir au pouvoir par tous les moyens.A cet effet et pour atteindre ses objectifs, elle est prête à provoquer une déstabilisation institutionnelle en Guinée équatoriale.En résumé, nous pouvons en conclure que la CORED est une organisation intégrant des éléments incontrôlés et d’affinité politique douteuse.
      3. Nous ajoutons que la CORED a vu le jour et se trouve aujourd’hui associée à des individus particuliers, comme Daniel Lebègue et William Bourdon, connus de la justice équato-guinéenne comme des personnages obscurs, représentants de pouvoirs factices, en relation avérée avec des entreprises pétrolières et dont l’intention n’est autre que de soumettre la Guinée équatoriale, comme cela s’est fait dans d’autres pays africains, même si cela doit en coûter à notre peuple pacifique un bain de sang et de destruction…
      4. Les partis politiques légalement reconnus dans la République de Guinée équatoriale, avec le respect et l’application scrupuleuse du droit national, déclarent que la seule et unique manière d’accéder aux institutions de l’Etat doit être à travers des élections démocratiques, libres et transparentes, approuvées par le peuple, conformément aux lois du pays.Par conséquent, nous exprimons notre rejet total et entier de toute forme d’action aventureuse, initiée par des politiciens en marge des lois, dont les intentions sont contraires aux vœux du peuple et qui mettent en danger la population.
      5. L’ensemble des partis légalement reconnus en Guinée équatoriale estiment que, tout en respectant les textes et les accords de l’Organisation des Nations-Unies et la Convention de Vienne, les affaires internes de la Guinée équatoriale sont exclusivement du ressort de son peuple et invitent donc tous les citoyens équato-guinéens, y compris les signataires du manifeste de la CORED à s’impliquer dans le travail d’une pleine démocratisation de notre pays.En Guinée équatoriale, il n’existe aucun génocide ni crimes contre l’humanité qui nécessiterait l’intervention de la communauté internationale.
      6. Les Partis politiques et autres forces vives de la Nation considèrent que, ces dernières années, ont été accomplis des efforts de dialogue, de consensus et de tolérance entre toutes les formations politiques. Depuis 1991 jusqu’à aujourd’hui, de nombreuses réunions ont eu lieu entre le Gouvernement et les Partis politiques légalement reconnus dans le pays, ce qui a permis que la Guinée équatoriale ne connaisse pas de convulsions politiques. Cette transition s’est réalisée avec succès sans le climat de crispation politique des premières années de l’indépendance et a permis qu’il règne aujourd’hui un climat de dialogue permanent.
      7. Dans la même veine, le Gouvernement de la Nation a réalisé des efforts pour garantir une répartition plus équitable du revenu national, avec un programme de développement économique et socioculturel capable de contribuer à la réalisation des dits objectifs. Ce programme de développement est soutenu par des institutions économiques internationales et par les acteurs économiques du pays.
      8. Le Gouvernement de la Guinée équatoriale et les Partis politiques légalisés dans le pays sont disposé à ouvrir le dialogue avec les Equato-guinéens de la diaspora, à condition que leurs représentants reviennent dans leur patrie pour présenter leur positionnement politique et se soumettre à la loi.
      9. Les Partis légalisés dans le pays, les forces vives de la Nation, le Gouvernement et le Peuple de la Guinée équatoriale continueront à défendre les acquis obtenus depuis le début du processus de démocratisation de la Guinée équatoriale.
      10. Les Partis politiques, convaincus par le travail patriotique réalisé par les pères de notre indépendance, ne renonceront pas ni ne trahiront jamais l’indépendance totale de la Guinée équatoriale, ni ne soumettront au contrôle de puissances étrangères.
      11. Par conséquent, les Partis politiques légalement reconnus dans le pays, les autres forces vives de la Nation, le Gouvernement et le Peuple de Guinée équatoriale lancent un vibrant appel à la Communauté internationale, à l’Union africaine et aux Institutions de l’Organisation des Nations-Unies, afin de les alerter avec fermeté sur le danger de ces actions qui ont pour objectif la déstabilisation de la Guinée équatoriale, qui sont menées par la dénommée Coalition d’opposition pour la Restauration d’un État démocratique (CORED), et qui sont orchestrées depuis des pays comme l’Espagne et la France.

Malabo, le 14 février 2014

PAR L’ENSEMBLE DES PARTIS POLITIQUES DE GUINÉE ÉQUATORIALE :

– Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE)

– Convention libérale démocrate (CLD)

– Parti socialiste de Guinée équatoriale (PSGE)

– Union populaire (UP)

– Convergence social-démocrate et populaire (CSDP)

–  Alliance démocratique progressiste (ADP)

–  Action populaire de Guinée équatoriale (APGE)

– Parti de la coalition social-démocrate (PCSD)

–  Parti social-démocrate (PSD)

–  Parti libéral (PL)

– Convergence pour la démocratie sociale (CPDS)  (avec objection sur les points 3 et 11)

– Union social-démocrate (SDU)

–  Union démocratique nationale (Udena)

(Sources : Diario Rombe – Texte original en espagnol ; Bureau d’information et de presse de Guinée équatoriale ; traduction Assofrage)

0 réponse to “Solidaire du gouvernement contre toute attente, la CPDS (opposition légale) reconnaît certains efforts…”

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Required fields are marked *


*