La Coopération militaire

La Coopération de Défense nationale

Ecole navaleLa France dispose en Guinée équatoriale d’un Détaché militaire de Coopération (DMC), inséré au sein du Ministère de la Défense nationale et dont la mission principale est le conseil auprès de l’Etat-major équato-guinéen.

La coopération militaire entre la France et la Guinée équatoriale a débuté par un premier accord signé en 1988. Aujourd’hui, outre le conseil, l’armée française apporte un appui aux forces armées équato-guinéennes , via par exemple la mise en œuvre de Détachements d’instruction opérationnelle (DIO) ou la formation des cadets de l’Ecole navale de Bata.

Ecole Navale 2Créée en 2010 et inaugurée le 11 octobre 2011, l’Ecole navale de Bata à vocation régionale (ENVR) est appelée à devenir une grande académie de la mer en Afrique : Aux côtés des cadets équato-guinéens, elle accueille des stagiaires issus d’autres pays africains ayant une façade maritime : Angola, Cameroun, Cap-Vert, Congo, Gabon, Djibouti, Guinée-Conakry, Sénégal, etc. Cette formation militaire s’accompagne d’un projet d’enseignement du français qui participe du rayonnement de la francophonie en Guinée équatoriale. La maîtrise de la langue française permet de suivre et de bénéficier des autres enseignements.

En matière d’intégration régionale, ce projet constitue aujourd’hui un enjeu déterminant et dans un domaine de préoccupation majeure pour la Communauté internationale, celui de la sécurité maritime dans le golfe de Guinée.

A cet égard, des bâtiments de la marine nationale française qui ,dans le cadre de la mission de sécurisation « Corymbe », naviguent dans le golfe de Guinée, viennent fréquemment jeter l’ancre à Bata.

Germinal

En août 2013, la frégate de surveillance (FS) Germinal, appartenant aux forces armées françaises, patrouille dans le golfe de Guinée dans le cadre de la mission Corymbe. Le « Germinal »  reste vigilant contre toutes les menaces qui pourraient peser sur les flottes de bâtiments de commerce ou de pêche dans le golfe de Guinée.  La frégate se tient parée à leur porter assistance, notamment en cas d’acte de piraterie.

.

La Coopération de Sécurité intérieure

Gendarmes équato-guinéens 2011Dans le cadre de la coopération de Sécurité intérieure, un officier supérieur de gendarmerie est placé auprès du Ministère de la Sécurité intérieure.

En vue des événements internationaux qui se sont produits dans le pays depuis 2011 (Sommet de l’Union africaine ; Sommets Afrique-Amérique du Sud ; CAN 2012, etc), un détachement d’experts français a assuré, au Centre d’instruction de Musola, la formation des 375 hommes et femmes qui constituent les trois compagnies de maintien de l’ordre.

Les forces de sécurité bénéficient, elles aussi, de cours de français dispensés à l’ICEF de Malabo.

 Camp militaire de Sipopo - DIO

Instruction opérationnelle  conduite en mars 2011 sur le camp militaire de Sipopo par un détachement des Forces françaises du Gabon (FFG) au profit d’une « Unité de maintien de la paix » équato-guinéenne dans la perspective du Sommet de l’Union africaine.

CAN - 2101 Incidents 4   CAN - 2101 Incidents 8

La France a ainsi contribué au succès de l’organisation de la CAN 2012, tant à Malabo qu’à Bata, par la transmission de savoir-faire et de savoir-être, avec la mise en valeur dans l’emploi de la force des principes de légalité, de nécessité, de proportionnalité, de légitimité et de respect de la vie humaine.